La disparue de Noël – Anne Perry

Toujours le Cold Winter Challenge et le thème de la magie de Noël avec cette lecture. Le dernier livre du challenge pour ce thème.


couv19429888Coupable ! Le jugement est tombé sur l’infortunée Isobel Alvie. La veille, Gwendolen Kilmuir, une jeune veuve, s’est suicidée dans la propriété où Omegus Jones recevait quelques invités. De l’avis de tous, l’attitude cruelle d’Isobel envers la jeune femme la rend responsable de cet acte désespéré. Il ne reste guère que son amie, l’indomptable Lady Vespasia, pour la soutenir.
Pour racheter sa faute aux yeux de la gentry, Isobel doit accomplir un voyage expiatoire jusqu’au nord de l’Écosse, afin de prévenir la mère de Gwendolen.
En compagnie de Lady Vespasia, elle entreprend un éprouvant pèlerinage, semé d’embûches…
Un conte de Noël inédit où la reine Anne Perry, en son royaume victorien, fait le portrait magistral d’une époque corsetée par les convenances et l’hypocrisie.


Découverte de cet auteur à l’occasion de cette nouvelle ayant lieu à Noël.

J’ai eu du mal à me mettre dedans. Sans doute en raison des noms des personnages que je ‘ai pas trouvé facile à retenir. Une fois ce problème contourné, je m’attendais à une enquête policière et puis en fait non.

Une jeune fille se suicide, et il n’y a aucun doute la dessus. Toutefois on désigne un coupable ou plutôt un responsable à cette tragédie. Celui-ci devra expier sa faute en faisant une sorte de pèlerinage où certaines vérités seront découvertes.

Tout au long j’ai attendu une grande révélation et rien n’est venu. J’avoue m’être parfois ennuyé à la lecture de ce livre que j’ai trouvé monotone. La magie de Noël n’était pas présente non plus et il faut dire qu’après Une seconde avant Noël ça contraste beaucoup.

Un bon point pour ce livre tout de même pour les descriptions des paysages et de la société victorienne anglaise. Et puis surtout ça se lit très vite au vu du peu de pages.

Bref, ce n’est pas un coup de cœur pour moi. Mais je ne lâche pas. J’irai lire d’autres romans de Anne Perry car tout de même on m’a dit le plus grand bien de ses autres sagas.

Publicités