Glass sword (tome 2 Red queen) – Victoria Aveyard

On retrouve Mare, Cal, Kilorn et tous les autres personnages du 1er tome de cette saga Red Queen.


Mare Barrow a le sang rouge, comme la plupart des habitants de Norta. Mais comme les seigneurs de Norta, qui se distinguent par leur sang couleur de l’argent, elle possède un pouvoir extraordinaire, celui de contrôler la foudre et l’électricité. Pour les dirigeants de Norta, elle est une anomalie, une aberration. Une dangereuse machine de guerre.
Alors qu’elle fuit la famille royale et Maven, le prince qui l’a trahie, Mare fait une découverte qui change la donne : elle n’est pas seule. D’autres Rouges, comme elle, cachent l’étendue de leurs pouvoirs. Traquée par Maven, Mare fait face à sa nouvelle mission : recruter une armée, rouge et argent. Aussi rouge que l’aube, plus rapide qu’un éclair d’argent. Capable de renverser ceux qui les oppriment depuis toujours.
Mais le pouvoir est un jeu dangereux, et Mare en connaît déjà le prix.


La trahison de Maeven est difficile à accepter  pour Mare. Cal reste un élément dont tout le monde se méfie et il devient une monnaie d’échange de luxe pour la garde écarlate.

La découverte de nouvelles forces laisse nos héros avec beaucoup de questions quant à la suite des événements où se mêle l’envie de vengeance et la peur.

Va alors commencer une traque avec un jeu du chat et de la souris entre les différents protagonistes des camps adverses. De la tactique, de la stratégie, des coups bas, tout est permis désormais.

Les relations de Mare, Cal et Maeven évoluent beaucoup dans ce volume, c’est un peu le je t’aime moi non plus.

Ca bouge pas mal, il y a de l’action mais bizarrement j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de répétitions tout au long des chapitres. Comme l’impression de ne pas avancer. Il a fallu attendre la fin pour voir une différence mais là encore ça sonne comme une ressemblance avec la fin de Red Queen …. un gros suspens.

Plus qu’à enchaîner sur le 3ème opus.

Publicités

Red Queen – Victoria Aveyard

Une nouvelle saga plutôt adolescente à la base mais j’avais envie de sortir de l’atmosphère de Outlander et j’ai pas mal vu ces livres tournés sur le net.


Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous l’égide de la famille royale, les Argents, doués de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d’esclaves ou de chair à canon.
Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle révèle sans le vouloir des pouvoirs extraordinaires et insoupçonnés, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais royal d’Archeon et promise à un prince argent, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maîtriser un don qui la dépasse, et à reconnaître ses ennemis, pour faire valoir l’indépendance de son peuple.


Alors c’est clairement pour un public ado. Ca se sent tant dans le style plutôt simple et rapide à lire que dans l’histoire qui mêle action et romance  à l’eau de rose de midinette.

Malgré tout je me suis prise au jeu des personnages et à l’histoire de Mare Barrow, la rouge détentrice de pouvoir argent. Car oui dans cette saga, il est question d’une dualité entre deux populations que seul le sang distingue.  Les argents qui dirigent le royaume et possèdent des pouvoirs leur permettant de faire tout et n’importe quoi ou presque. Et les rouges, le petit  peuple esclave des mieux nés qu’eux, domestiqué par les argents, laissé dans l’ignorance et envoyé au combat.

Au tout début, j’ai eu le sentiment d’être dans l’univers de Hunger Games et Divergente à la fois. Car oui Red Queen est de la trempe de ces deux sagas. On y retrouve les mêmes ingrédients.

Au fur et à mesure de l’avancée de ma lecture, j’avais envie de savoir où est-ce-que ça allait basculer, car clairement on sent qu’il y a un truc qui cloche mais j’avoue avoir été surprise par le rebondissement final que je n’avais pas vu venir et qui du coup permet d’introduire la suite de cette trilogie.

Ce n’est ni un bon roman, ni un mauvais, ça se laisse lire et ça divertit sans trop se poser de question et ça tombe bien car c’est ce que je recherchais.

Le gardien de phare – Camilla Läckberg

En cherchant un nouveau livre dans ma liseuse, je suis tombée sur celui ci qui date un peu certes mais qui fait partie d’un de mes auteurs favoris en matière de polar. Encore que le sentiment de tourner en rond m’avait envahi sur ces derniers romans ce qui explique sans doute que j’ai traîné à poursuivre la série Erica Falck et Patrick Hedström.


couv49661774Par une nuit d’été, une femme se jette dans sa voiture. Les mains qu’elle pose sur le volant sont couvertes de sang. Avec son petit garçon sur le siège arrière, Annie s’enfuit vers le seul endroit où elle se sent en sécurité : la maison de vacances familiale, l’ancienne résidence du gardien de phare, sur l’île de Gråskär, dans l’archipel de Fjällbacka. Quelques jours plus tard, un homme est assassiné dans son appartement à Fjällbacka. Mats Sverin venait de regagner sa ville natale, après avoir travaillé plusieurs années à Göteborg dans une association d’aide aux femmes maltraitées. Il était apprécié de tous, et pourtant, quand la police de Tanumshede commence à fouiller dans son passé, elle se heurte à un mur de secrets. Bientôt, il s’avère qu’avant de mourir Mats est allé rendre une visite nocturne à Annie, son amour de jeunesse, sur l’île de Gråskär – appelée par les gens du cru « l’île aux esprits », car les morts, dit-on, ne la quittent jamais et parlent aux vivants… Erica, quant à elle, est plus que jamais sur tous les fronts. Tout en s’occupant de ses bébés jumeaux, elle enquête sur la mort de Mats, qu’elle connaissait depuis le lycée, comme Annie. Elle s’efforce aussi de soutenir sa sœur Anna, victime, à la fin de La Sirène, d’un terrible accident de voiture aux conséquences dramatiques…


 Pas de surprise, on retrouve ici les personnages qui font la série telle qu’on la connaît et qu’on l’aime. Erika et Patrick malgré leurs déboires à la fin de la sirène sont toujours présents et en pleine forme. On en peut pas en dire autant de Anna, la sœur d’Erika. Le petit commissariat continue son bonhomme de chemin et certains personnages font leur apparition.

Bref la routine prend sa place jusqu’à ce qu’un homme soit retrouvé mort chez lui. c’est là que l’enquête commence même si des brides de l’histoire ont été posé auparavant. Et c’est dans le milieu de la drogue, des femmes battues, de la violence, des fantômes que cet opus va trouver sa force.

Tour à tour Camilla Lackberg alterne l’histoire au présent et une histoire du passé comme elle a l’habitude de le faire dans ses romans et j’avoue avoir été intriguer par cette vielle histoire et espérait bien avoir le dénouement. De même qu’elle alterne au fil des chapitres successifs les différents points de vue des personnages.

On voit bien qu’il existe un lien entre Annie et Mats et que les histoires sont liés mais toujours il manque le lien pour les raccrocher les unes aux autres. Le mobile, le pourquoi fait défaut. Et puis finalement tout se met en place vers la fin. ça va même un peu trop vite , on ne comprend pas tout de suite et puis d’un coup tout s’éclaire.

Par contre j’avoue que certaines histoires secondaires auraient pu être évités, elles avaient pour seul but de nous induire en erreur mais n’apportait rien de particulier. Enfin moi j’y ai jamais cru le lien n’était pas suffisant. Je ne vais pas vous spoiler mais j’ai une histoire en tête qui à mon sens aurait pu être vu de façon plus rapide et une autre qui aurait carrément pu être viré.

De même que la vie personnelle des personnages principaux n’apportent rien à l’intrigue et l’étouffe même. Mais cela permet sans doute de s’attacher un peu plus à ces derniers. Mais pour moi perso, j’ai parfois trouvé ça lourd et sans intérêt.

Bref je reste mitigé sur ce gardien du phare. J’ai retrouvé la patte de Camilla Läckberg dans le scénario avec des indices bien amenés et un final toujours surprenant que l’on avait pas du tout envisagé.

Alors c’est sans doute pas le livre de la décennie mais pour les aficionados ça se laisse lire plutôt facilement et on passe malgré tout un agréable moment.

Cold Winter Challenge 2016

cold_winter_challengeVous savez que j’aime lire…. Alors quand Nolwenn m’a dit faut absolument que tu fasses le cold winter challenge avec moi, je me suis déjà demandée ce que c’était que cette bête là.

Après renseignement sur la page Fb du groupe, il s’agit donc d’un challenge de lecture. Bon jusque là ok ça me va de toute façon je suis une bonne liseuse donc ça devrait le faire.

Kesako

Le temps imparti pour réaliser le challenge s’étale du 1er décembre au 31 janvier. C’est bien aussi c’est pas trop long.

Et il suffit de lire 2 livres pour remporter le challenge. Attention il n’y a rien à gagner hein sauf votre satisfaction personnelle 😉 .

Là où ça se corse, c’est qu’il faut lire deux livres d’un thème déterminé enfin non en fait il y a deux thèmes. Vous pouvez choisir un seul de ceux-ci ou les deux.

Cette année (oui c’est déjà la 5ème édition) donc voici les deux univers choisis :

– Montagne enneigée : lire 2 livres dont la thématique principale est le froid, la neige ou l’hiver.
– La magie de Noël : lire 2 livres se déroulant durant la période des fêtes de fin d’années.

Bon alors autant vous dire que le premier thème m’inspire assez facilement et je voyais déjà quelques livres qui pouvaient rentrer dedans. Mais pour la magie de Noël, là je séchai et décidait donc de passer mon tour de ce côté là.

Et puis et puis ….

Finalement au détour d’un site j’ai trouvé un livre au nom qui m’a fait sourire et qui du coup pouvait s’intégrer à la période de Noël  bon c’est une magie assez particulière mais j’aime bien l’idée décalée :p .

Et à force de traîner sur livraddict, j’ai trouvé d’autres livres ayant un lien avec les fêtes mais n’étant pas pour autant des romances dont je ne suis pas particulièrement fan.

Allez je vous dévoile ma sélection

 

Voilà 8 livres pour ce challenge qui je pense correspondent aux deux thèmes. Pour en savoir plus sur ces différents livres vous pouvez aller consulter ma liste ici.

Reste plus qu’à savoir par lequel commencer demain 😉 .

Riquet à la houppe – Amélie Nothomb

Un peu de lecture dans mon monde.

Pour être honnête, j’ai jamais cessé de lire et j’ai fini la saga du trône de fer même si je ne vous ai pas donné mon avis sur les derniers livres. J’ai également commencé Outlander dont il faudra que je vous parle à l’occasion.

Mais j’ai aussi intercalé au milieu de tout ça certains romans dont notamment le dernier né d’Amélie Nothomb, Riquet à la houppe.


riquet à la houppe amélie nothomb

Une rentrée littéraire ne serait plus une rentrée littéraire digne de ce nom sans un nouveau roman d’Amélie Nothomb comme elle seule en a le secret.

Avec Riquet à la houppe, elle nous revient avec un conte pour adultes où le laid et brillant Déodat va rencontrer la belle et contemplative Trémière. On y retrouve tous les ingrédients qui font la saveur des livres de la plus Belge de nos auteurs : cruauté, humour noir, personnages improbables et même un cours d’ornithologie.

Amélie n’a pas fini de nous surprendre.


Du Amélie Nothomb, j’en ai déjà lu quelques uns, c’est un style bien particulier, parfois étrange même soyons honnête.

Et bien Riquet à la houppe ne déroge pas à la règle.

Il reprend donc un conte de Perrault du même titre que je ne connaissais pas. Je pars sans a priori aucun et sans élément de comparaison avec l’original.

C’est donc au départ l’histoire de deux familles avec chacune un enfant hors norme, d’un côté un garçon laid mais intelligent et de l’autre une fille jolie mais qui vit dans son monde.

Bon déjà les prénoms choisis tout au long de ce roman sont peu commun. On se demande bien où Amélie est allé chercher de tels prénoms et en même temps venant d’elle cela ne surprend pas plus que ça. Mais c’est assez déstabilisant au départ et puis on s’y fait.

Ensuite après le récit des deux familles, on voit bien où le conte va finir. Enfin moi je l’ai senti venir gros comme une maison et les fins heureuses j’en suis pas fan en fait.Du coup j’ai commencé à trouver ça un tantinet ennuyeux sans surprise quoi.

Et en parlant d’ennuyeux, certains passages sont d’une longueur assommante d’autant plus qu’il n’apporte rien à l’histoire. Mais j’avoue que pour la culture générale par contre c’est un plus. Toutefois, pas facile de replacer de l’ornithologie dans les conversations du quotidien.

Bref vous l’avez compris pas particulièrement emballée par cette lecture. L’avantage par contre c’est que c’est assez court et que donc c’est vite lu. Vous pouvez donc vous faire votre propre avis sans perdre trop de temps  😉 .

Le trône de fer : la bataille des rois – Georges RR Martin

Aussitôt le tome 2 terminé, j’ai poursuivi avec ce livre là qui est donc le premier de l’intégrale 2.

Img_Trone_de_fer_3


Le roi Robert Baratheon est mort, son ami Eddard Stark a été exécuté. La dynastie Baratheon n’aura duré qu’une génération, et la paix plusieurs fois centenaire qui régissait le Royaume des Sept Couronnes a volé en éclats. Joffrey, le bâtard illégitime, se terre dans sa capitale, les frères de Robert rallient des troupes à leurs bannières, le fils de Ned a levé son armée et crie vengeance, des pirates razzient les côtes et des brigands pillent les campagnes. Il y a quatre rois désormais, et chacun forge des alliances pour entraîner le royaume dans la tourmente de la guerre. Maintenant c’est l’acier qui va hurler son chant de mort.


Après une fin pleine de surprise du second volet, certains personnages ont définitivement disparus (paix à leur âme !!!). Leurs morts sera l’occasionne poursuivre la guerre et de vouloir conquérir les terres des voisins pour accroître son pouvoir. C’est ainsi que plusieurs personnages vont s’auto-proclamer roi et qu’une bataille entre eux va naître.

J’ai trouvé ce livre bien moins rythmé que le précédent. Est-ce du au fait qu’il n’y a pas d emport aussi spectaculaire!!! (oui j’aime quand c’est glauque). Par contre, il me semble que se mettent en place certains desseins et stratégies qui par la suite auront leur importance (ou pas si ça se trouve je me trompe !!!).

Les même personnages continuent de se livrer bataille soit de façon directe en s’affrontant à coup d’épée soit de façon plus subtile.

Arya est toujours là et j’apprécie de plus en plus son personnage. Daenerys poursuit son bout de chemin à l’écart du reste du royaume – personne ne se souciant d’elle dans cette guerre. Pourtant je la sens plus déterminée que jamais à aller au bout de sa vengeance.

Quant aux autres, ils continuent sur la même lancée qu’auparavant. Seul Tyrion me laisse toujours perplexe, je ne sais que penser de lui !!!

De nouveaux personnages sont étudiés plus longuement que dans les précédents livres notamment Renly et Stannis tous deux frères du roi Robert. Et pour d’autres, ils se font oublier telle Lysa, les retrouveront nous plus loin ???

Bref, on se prend vite au jeu de cette bataille des rois. On prend position pour un camp, on fait des plans sur la comète (tout comme nos héros) pour essayer de deviner la suite et du coup on passe vite au volume suivant afin de savoir ce qu’il va advenir de ce trône de fer.

 

 

Le trône de fer : le donjon rouge (tome 2) – Georges R.R. Martin

De suite après avoir fini le premier livre de cette longue série que je me lançais sur le deuxième volume.

Voilà un petit moment que j’ai terminé ce deuxième volet (version poche donc fin de l’intégral 1) et suite aux changements d’adresse du blog et à un emploi du temps un peu plus chargé que d’habitude, je n’avais pas pris le temps justement de venir vous donner mon avis.


livres-donjon-rouge

Le Royaume des Sept Couronnes est en pleine tourmente. Jouet de perfides intrigues nouées dans l’ombre autant que de grands seigneurs qui n’attendent qu’une occasion pour se rebeller, Eddard Starck, Main du roi, tente d’y faire régner l’ordre et la justice au nom de son souverain… mais ses efforts semblent vains.
Car comment protéger le roi Robert Baratheon des complots alors que celui-ci, imprévisible, n’aspire qu’à braver le danger ? Comment imposer la paix à des barons qui ne rêvent que de batailles et de pouvoir ? Et de plus, comment résister à cet engrenage infernal alors qu’au-delà des mers, une armée s’assemble pour fondre sur le royaume ?


On retrouve ici les personnages là où on les avait laissé dans le tome 1. Eddard Starck est main du roi et doit rivaliser d’ingéniosité pour pouvoir assoir son pouvoir et ses conseils face à Robert le roi qui passe plus de temps à chasser et boire qu’à gouverner. Ce qui arrange bien Cersei son épouse qui du fait régente la cours à sa guise.

Quant à Catelyn (femme d’Eddard), elle ira rejoindre sa soeur, accompagnée d’un prisonnier de premier choix. Ce qui ne manquera pas de déclencher les hostilités et conduire le royaume du trône de fer vers une guerre inévitable.

Ce deuxième volet est fait de rebondissements qui nous permettent de ne pas s’ennuyer. Je n’ai jamais eu envie de lâcher malgré le vocabulaire et le style toujours aussi « moyenâgeux » (on s’y habitue à la longue). Un événement en amène un autre parfois tragique.

Les personnages deviennent pour certains prévisibles dans leur attitude alors que d’autres nous surprennent. Difficile à ce stade de savoir à qui faire confiance, qui détester et qui aimer. Enfin si, certains sont véritablement méprisables !!!

J’avoue pour ma part avoir une préférence pour Arya … je l’imagine dans les livres suivants comme un personnage clé qui détient une solution à pas mal de problèmes (j’espère ne pas me tromper et ne pas la voire mourir dans le prochain tome … non ne me dites rien surtout 😉 ). Daenerys, a elle aussi quelque chose qui m’intrigue et me plait bien. Quant à Tyrion … il me laisse perplexe et j’arrive toujours pas à dire si c’est un gentil ou un méchant.

Bref, on s’attache à quelques uns et on en déteste d’autres. Toujours est-il que la guerre a éclaté et que des têtes vont tomber à n’en pas douter …