Riquet à la houppe – Amélie Nothomb

Un peu de lecture dans mon monde.

Pour être honnête, j’ai jamais cessé de lire et j’ai fini la saga du trône de fer même si je ne vous ai pas donné mon avis sur les derniers livres. J’ai également commencé Outlander dont il faudra que je vous parle à l’occasion.

Mais j’ai aussi intercalé au milieu de tout ça certains romans dont notamment le dernier né d’Amélie Nothomb, Riquet à la houppe.


riquet à la houppe amélie nothomb

Une rentrée littéraire ne serait plus une rentrée littéraire digne de ce nom sans un nouveau roman d’Amélie Nothomb comme elle seule en a le secret.

Avec Riquet à la houppe, elle nous revient avec un conte pour adultes où le laid et brillant Déodat va rencontrer la belle et contemplative Trémière. On y retrouve tous les ingrédients qui font la saveur des livres de la plus Belge de nos auteurs : cruauté, humour noir, personnages improbables et même un cours d’ornithologie.

Amélie n’a pas fini de nous surprendre.


Du Amélie Nothomb, j’en ai déjà lu quelques uns, c’est un style bien particulier, parfois étrange même soyons honnête.

Et bien Riquet à la houppe ne déroge pas à la règle.

Il reprend donc un conte de Perrault du même titre que je ne connaissais pas. Je pars sans a priori aucun et sans élément de comparaison avec l’original.

C’est donc au départ l’histoire de deux familles avec chacune un enfant hors norme, d’un côté un garçon laid mais intelligent et de l’autre une fille jolie mais qui vit dans son monde.

Bon déjà les prénoms choisis tout au long de ce roman sont peu commun. On se demande bien où Amélie est allé chercher de tels prénoms et en même temps venant d’elle cela ne surprend pas plus que ça. Mais c’est assez déstabilisant au départ et puis on s’y fait.

Ensuite après le récit des deux familles, on voit bien où le conte va finir. Enfin moi je l’ai senti venir gros comme une maison et les fins heureuses j’en suis pas fan en fait.Du coup j’ai commencé à trouver ça un tantinet ennuyeux sans surprise quoi.

Et en parlant d’ennuyeux, certains passages sont d’une longueur assommante d’autant plus qu’il n’apporte rien à l’histoire. Mais j’avoue que pour la culture générale par contre c’est un plus. Toutefois, pas facile de replacer de l’ornithologie dans les conversations du quotidien.

Bref vous l’avez compris pas particulièrement emballée par cette lecture. L’avantage par contre c’est que c’est assez court et que donc c’est vite lu. Vous pouvez donc vous faire votre propre avis sans perdre trop de temps  😉 .

Publicités